Accessibilité - Page 2

  • Accessibilité en France : 40 ans d’échec et bientôt 10 de plus !

    Alors que la concertation nationale sur les agendas d’accessibilité programmée (Ad’AP) s’est achevée hier, l’Association des paralysés de France (APF) et la FNATH tiennent à faire part de leur profonde inquiétude devant les options proposées pour rendre la France accessible.

    En dépit de trois lois (dont la première date de 1975), faisant de l’accessibilité une obligation nationale, les pouvoirs publics n’ont pas accompagné ce cadre législatif par une impulsion politique et financière et une grande majorité des acteurs ont joué la carte de l’attentisme ! Aujourd’hui l’APF et la FNATH font l’amer constat que l’échéance d’accessibilité de la France pour 2015 ne sera pas respectée et que les personnes en situation de handicap devront encore patienter entre 3 et 10 ans pour pouvoir vivre comme des citoyens ordinaires !

    L’APF et la FNATH refusent cette solution inacceptable !

    Après 40 ans d’attente, les 9,6 millions de personnes en situation de handicap[1], les personnes âgées, les parents avec poussettes, les femmes enceintes et les 91% de Français qui considèrent que l'accessibilité est un enjeu de société qui concerne tout le monde[2], ne peuvent plus attendre !

    Aussi, l’APF et la FNATH, qui ne peuvent accepter de tels délais, demandent au Premier ministre que les échéances soient effectivement resserrées afin de permettre la participation pleine et entière de tout un chacun à la vie de la Société française.

     

    Suite au rapport de la sénatrice Claire-Lise Campion sur l’accessibilité en mars 2013, un travail de concertation sur les Ad’AP a été lancé en septembre dernier sur la proposition du Premier ministre.

    Si l’APF et la FNATH saluent la démarche et le travail engagé, elles ne peuvent que regretter la nécessite du recours à cette concertation qui traduit un échec cuisant de la France à faire respecter la mise en œuvre de l’accessibilité ! Depuis la loi sur l’accessibilité de 1975, et plus encore depuis la loi handicap du 11 février 2005, les associations n’ont cessé de demander un accompagnement fort, une impulsion politique claire et des dispositifs financiers adaptés.

    Pourtant, après 40 années de retard, les associations en sont toujours réduites à devoir convaincre du bien-fondé des aspirations légitimes des personnes à mobilité réduite !

    Les arguments avancés de la crise financière de 2008, dont les pouvoirs publics disent qu’elle est désormais derrière nous, et de la raréfaction des ressources publiques, ne peuvent ni expliquer ni justifier les années de retard prises dans la formalisation des documents de programmation et de diagnostics exigés par le législateur dès 2005 !

     

    Et aujourd’hui le dispositif des Ad’AP prévoit encore un délai supplémentaire inacceptable de 3 à 10 ans ! Si les Ad’AP présentent quelques aspects positifs (existence de sanctions financières en fin d’Ad’AP pour non réalisation des engagements pris ; possibilité d’annuler un marché public en cas d’acquisition de matériel roulant inaccessible, …), ils comportent également de nombreuses lacunes qui font douter de leur efficacité ! Ainsi, l’APF et la FNATH déplorent entre autres l’absence de sanction pour non dépôt d’Ad-AP ; l’absence de sanction financière en fin d’Ad’AP pour tous les types de transports ; le manque de garantie de mise en accessibilité automatique des points d’arrêts pour les élèves en situation de handicap ; la faiblesse de l’amende encourue en cas d’irrespect de la première tranche de travaux pour les établissements recevant du public.

     

    L’APF et la FNATH, qui ne peuvent accepter de tels délais, demandent au Premier ministre que les échéances soient effectivement resserrées afin de permettre la participation pleine et entière de tout un chacun à la vie de la Société française.

     



    [1] Source : INSEE

    [2] Sondage IFOP 2011

    0 commentaire
  • Seconde édition de la journée de l'accessibilité à Perpignan

    Une belle journée de sensibilisation au handicap, et plus particulièrement aux réalités de l’inaccessibilité, s’est déroulée sous un soleil radieux le samedi 26 octobre, place Arago à Perpignan. Cette action solidaire de l’AFM, l’APF et Cohérence Réseau a été organisée avec le soutien du Rotary club et du Collectif inter associatif Handicap 66.

    Cette journée nationale de l’accessibilité avait un double objectif. Elle consistait à la fois à sensibiliser le grand public au handicap et à faire connaître le site participatif jaccède.com qui répertorie les lieux accessibles aux personnes handicapées.

     

    Un parcours fauteuil était proposé aux passants. Marche, dévers, gravier… Différents obstacles du quotidien à franchir assis dans un fauteuil roulant. Une quarantaine de personnes ont tenté l’expérience et se sont mises dans la peau d’une personne en situation de handicap. Ils ont pu prendre conscience par eux même des difficultés que peuvent rencontrer les personnes handicapées au quotidien.


    0 commentaire
  • Baromètre de l'accessibilité 2013

    Alors que la loi handicap de 2005, dont l’accessibilité des établissements recevant du public et des transports en commun est un des piliers, fête aujourd’hui ses 8 ans, l’APF publie sa quatrième édition du baromètre de l’accessibilité.

    Conformément à son idée de mesurer l’avancement de mise en accessibilité de la France d’ici 2015, cet outil permet de mesurer l’avancement des travaux d’aménagement des chefs-lieux départementaux durant l’année 2012.

    Première nouveauté de ce baromètre : Nantes, 3 fois championne, laisse la tête du classement à Grenoble ! Autre constat positif, la moyenne nationale prend 1 point supplémentaire, passant de 12/20 en 2011 à 13,2/20 en 2012. Cependant, ces améliorations ne sauraient masquer le retard de grandes villes comme Marseille, Besançon, Dijon, Valence ou Bobigny.

    Du côté de Perpignan, nous conservons notre 88ème place au classement des 96 communes évaluées.

    Curieux d'en savoir plus sur les résultats du baromètre : cliquez ici

    0 commentaire
  • Blog accessibilité APF66

    Suivez les activités du groupe accessibilité de l'APF 66 sur son blog dédié :

    www.accessibilite-apf66.org 

    0 commentaire
  • Sensibilisation en master urbanisme

    Le 22 novembre dernier, Gérard Tollemer et Dominique Terranova se sont rendus à l'Université de Perpignan Via Domitia, à l’occasion d’une intervention auprès d’une classe d’étudiants en Master 2 « Urbanisme, Habitat, Aménagement » à la demande d’un de leurs enseignants Issam Kharrat, lui-même architecte urbaniste, chargé du cours « composition urbaine ».

    Les étudiants, une vingtaine pour l’essentiel déjà détenteurs d’une licence en Urbanisme, Aménagement mais également en géographie, histoire ou architecture, sont en cours d’acquisition d’un diplôme de master (bac + 5) qui leur permettra d’exercer une fonction d’urbaniste dans un service ad hoc d’une collectivité, commune ou intercommunalité, un service d’Etat ou dans un cabinet privé d’architecture ou d’urbanisme.

    L’objectif de cette intervention était de tranmettre les aspects concrets de l’application de la règlementation sur l’accessibilité.

    La Loi du 11 Février 2005 pour « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », la notion d’accessibilité universelle, le concept d’Unité de Vie ont été présentés et illustrés par la projection de plans extraits des dossiers de permis de construire soumis pour examen au service accessibilité.

    Les étudiants présents ont montré un grand intérêt pour ces sujets. De nombreuses questions et demandes de précisions (pourquoi les douches à l’italienne, les espaces de rotation…) ont été posées, illustrant le manque de « vécu » et d’expériences concrètes de jeunes gens côtoyant peu ou pas de personnes handicapées.

    D’ores et déjà, un rendez-vous fut pris pour une nouvelle intervention auprès de la prochaine promo d’étudiants. En attendant le service Access pourrait accueillir en stage de 6 mois un ou une étudiante, membre d’un groupe qui a déjà travaillé sur ces questions en faisant notamment une liste des « points noirs » de l’accessibilité au sein des locaux de l’UPVD.

    0 commentaire