Revendication-sensibilisation - Page 4

  • Près de 100 000 signatures pour l’accessibilité !

    Près de 100 000 personnes ont déjà signé l’appel de l’APF soutenu par Philippe Croizon pour dire OUI à l’accessibilité sur www.necoutezpasleslobbies.org et www.change.org/accessibilite.

    Lancé jeudi 13 mars sur la plateforme www.change.org, ce succès rapide montre que le combat pour l’accessibilité réunit largement les Français en étant ni partisan, ni communautaire et il est révélateur d'une véritable demande sociale, puisque l'accessibilité profite à de nombreux publics (personnes âgées, parents avec poussette, femmes enceintes, etc.).

    L’APF appelle donc à poursuivre et amplifier ce véritable élan de solidarité qui dit aussi l’envie d’égalité et de fraternité des Français. 

    > La liberté d’aller et de venir ne doit pas attendre jusqu’à 10 ans de plus !

    Par rapport au retard de la France en matière d’accessibilité, le gouvernement envisage une programmation pluriannuelle des actions de mise en accessibilité, c'est-à-dire un dispositif avec des effets concrets, visibles, tangibles, année après année, constatables par un premier bilan au bout de 12 mois.

    Concernant les délais envisagés qui peuvent aller jusqu’à 10 années supplémentaires, le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) a manifesté, la semaine dernière, sa réprobation la plus totale.

    Pour l’APF, après 40 ans d’immobilisme (la 1ère loi date de 1975 !), il est inacceptable de devoir attendre jusqu’à 10 ans de plus pour voir se concrétiser une réelle liberté d’aller et de venir.

    L’APF réitère avec force que l’accessibilité est un droit fondamental, qui ne peut devenir effectif qu’avec la continuité complète de la chaîne de déplacement et d’activité.

    L’APF demande donc fermement que les délais soient resserrés, conformément à l’engagement pris par le Premier ministre lors du Comité interministériel du handicap du 25 septembre 2013.

    L’accessibilité concerne l’ensemble de la population :

    • les personnes en situation de handicap, qui représentent 10 à 15 % de la population ;

    Mais aussi :

    • les personnes âgées, à l’heure où le gouvernement prépare une loi sur l’adaptation de la société française au vieillissement ;
    • les blessés temporaires ;
    • les voyageurs avec bagages ;
    • les femmes enceintes ;
    • les parents avec poussettes, ainsi que les familles nombreuses ;
    • les cyclistes, qui ont besoin d’une voirie sans obstacles ;
    • les 80 millions de touristes étrangers accueillis chaque année, et en quête de signalétique ;
    • et toutes les personnes valides pour le confort que cela procure.

    La liberté et l’égalité passent aussi par l’accessibilité.

    Au-delà de la pétition, les adhérents de l’APF sont plus déterminés que jamais et attendent des réponses claires du gouvernement.

    Pour signer la pétition : www.necoutezpasleslobbies.org ou www.change.org/accessibilite

  • Interpellez vos candidats aux élections municipales

    Dans quelques semaines vous serez appelé à élire votre maire. L’occasion en tant qu’acteur de l’APF de lui demander quelle politique il souhaite mener en faveur des personnes en situation de handicap habitant ou se rendant sur sa commune.

    Pour faciliter cela nous vous joignons ce questionnaire à renvoyer à la délégation.

     

    Merci pour votre participation.

    2014-01-06 questionnaire candidats aux municipales.doc

  • Lutte contre la maltraitance : l’APF salue la mobilisation de Marie-Arlette Carlotti

    L’Association des paralysés de France (APF) salue la mobilisation de Marie-Arlette Carlotti, concernant la lutte contre la maltraitance, suite au reportage diffusé dimanche dernier sur M6.

    Le secteur médico-social subit de plein fouet la rigueur et la recherche systématique d’économies. Or en matière de bientraitance l'enjeu réside avant tout dans l'écoute et la disponibilité auprès des usagers, qui se traduit notamment en moyens et en temps. Dans ce contexte financièrement tendu l'impact sur la qualité des prestations est un risque bien réel.

    Au delà des annonces en matière de contrôle et de sanction qui doivent bien sûr être réalisés, l'APF souhaite que l'accent soit mis sur une politique de prévention efficace.

    Les leviers de la prévention reposent sur:

    - l'amélioration du dispositif de traitement des plaintes qui à ce jour est inopérant,

    - une meilleure prise en compte de la parole des personnes,

    - des professionnels qualifiés et formés au long cours sur la bientraitance,

    - des effectifs en nombre suffisant pour permettre une réelle qualité des prestations,

    - des lieux de vie à dimension humaine.

     

    L'APF espère être entendue sur ces différents points.