10/06/2015

Communiqué de presse

Les Sénateurs dégradent l’accessibilité : la honte !

L’Association des paralysés de France (APF) est particulièrement révoltée par l’examen du projet de loi de ratification de l’Ordonnance relative à l’accessibilité par le Sénat hier en fin de journée. L’APF, présente au Sénat, a été choquée d’entendre les discours rétrogrades de la majorité des Sénateurs sur l’accessibilité ! Les principaux amendements faisant échos aux attentes des associations ont été rejetés par les Sénateurs et par Ségolène Neuville, Secrétaire d’Etat en chargée des personnes handicapées, alors qu’elle affirmait aux associations, il y a quelques jours, s’en remettre à la sagesse des Parlementaires pour faire évoluer le texte.

Par contre, les amendements des « lobbies » (collectivités locales, commerçants, entreprises, etc.) ont été entendus par les Sénateurs ! Ainsi, les personnes en situation de handicap sont désormais privées de logements sociaux accessibles, les Sénateurs proposent de se passer des ascenseurs pour accueillir les personnes au rez-de-chaussée ou encore de « porter les personnes » !!

Au final, un texte qui fait honte à la France et une posture irrespectueuse de Sénateurs et de la Secrétaire d’Etat qui n’ont que faire des difficultés quotidiennes des 9,6 millions de personnes en situation de handicap.

L’APF se tourne désormais vers les députés qui devront examiner prochainement le texte et espère un sursaut de leur part !

L’APF déplore tout particulièrement la mauvaise foi du Gouvernement et des rapporteurs du projet de loi de ratification de l’Ordonnance : dès le début de la séance publique, la Secrétaire d’Etat en charge des personnes handicapées a indiqué qu’il n’était pas question de remettre en cause l’équilibre du texte, censé être issu d’une concertation avec tous les acteurs concernés, dont les associations. Une fois encore, l’APF rappelle que les associations n’ont cessé de dénoncer les reculs de ce texte et ont donné un avis défavorable à ce sujet ! L’APF – avec le Collectif pour une France accessible - se mobilise régulièrement depuis de nombreux mois contre ce projet de loi et ses mesures contraires à l’accessibilité : manifestations partout en France, pétitions, interpellations des Parlementaires, etc. La semaine dernière encore, une vingtaine de villes se sont mobilisées contre ce texte via des actions coup de poing, et notamment un « die-in » de personnes en situation de handicap à proximité de l’Elysée.

Comment la Secrétaire d’Etat ose-t-elle alors affirmer que ce texte résulte d’une concertation avec les associations ?!

L’APF dénonce cette instrumentalisation abjecte.

Malgré le retard de la France en termes d’accessibilité par rapport aux autres pays européens, ce texte et les amendements adoptés hier sont catastrophiques et font honte à la France !

Ainsi, les bailleurs sont désormais autorisés à construire des logements sociaux neufs inaccessibles. Les personnes en situation de handicap, dont certaines vivent sous le seuil de pauvreté avec l’AAH ou des pensions d’invalidité, sont pourtant des bénéficiaires non négligeables des logements sociaux ! La majorité des établissements recevant du public et des transports publics ordinaires restent, eux aussi, exonérés d’une mise en accessibilité.

La majorité des Sénateurs et les rapporteurs du projet de loi n’ont cessé de tenir des discours qui sonnent faux à l’égard des personnes en situation de handicap et ont préféré privilégier le « réalisme et le pragmatisme économique ». L’APF indignée par ces discours lamentables implore désormais les députés pour obtenir des modifications majeures sur ce texte, qui ne respecte pas la Convention internationale des Droits des personnes handicapées.

Contact presse :

Evelyne Weymann : 01 40 78 56 59 – 06 89 74 97 37

16/03/2015

Elections départementales : l’APF demande aux candidats de s’engager pour la politique locale du handicap

A l’occasion des élections départementales de mars 2015, l’APF interpelle les candidats en leur demandant de s’engager pour la politique locale du handicap, sur le droit à compensation et les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).

Ces deux sujets figurent parmi les piliers de la loi handicap de 2005, or l’APF constate, tant sur le plan national que local, des atteintes inadmissibles aux droits des personnes et la fragilisation des dispositifs d’accès aux droits.

Aussi, l’APF demande aux candidats de prendre trois engagements visant d’une part l’effectivité du droit à compensation universel et d’autre part le renforcement des MDPH. Des sujets fondamentaux pour la vie des personnes en situation de handicap et de leur famille que les futurs conseillers départementaux auront à gérer au quotidien.

Pour lire le communiqué complet, cliquez ici

Pour lire la position de l’APF sur la PCH, cliquez ici

Pour les positions sur les MDPH, cliquez ici

Pour lire l’étude de la délégation APF de l’Hérault sur le coût du handicap, cliquez ici

03/04/2014

Election du conseil d’administration de l’APF

Du 15 mai au 20 juin 2014, les 25 000 adhérents APF sont appelés à élire les 

administrateurs de l’APF. Le vote se fait par correspondance, ainsi mi mai, un bulletin de vote est adressé personnellement à chaque adhérent.

Pour voter, vous devez être adhérent depuis au moins le 20 juin 2013 et être à jour de cotisation.

Par ce vote, 12 administrateurs seront élus jusqu’en 2020, ils rejoindront 12 autres administrateurs élus en 2011 jusqu’en 2017, pour former le conseil d’administration.

Les administrateurs contribuent à la définition et à la mise en œuvre des orientations politiques de l’APF, dans le cadre du projet associatif « Bouger les lignes, pour une société inclusive ! » Chaque administrateur œuvre ainsi à la participation sociale des personnes en situation de handicap et de leur famille. Ils participent également aux orientations budgétaires et financières de l’APF.

 

appel à participer élection CA.PNG